fbpx

Revisiter Sa Démarche Réseau : Un exemple de Permaculture Humaine

Et si vous étiez à une rencontre de votre prochain job ? Vous êtes nombreux à vous questionner sur votre transition professionnelle. Et souvent, la peur de se sentir isolé.e constitue un frein dans ses projets. Éclairage et exemples à l'appui, nous vous présentons une manière saine pour repenser votre démarche réseau, avec l'approche des Liens faibles et la permaculture humaine.
La communauté des Pivoteurs

La force des liens faibles

A l’origine de cette communauté, notre conviction dans la force des liens faibles. Le sociologue Mark Granovetter a élaboré cette théorie dans les années 1970.

Il distingue 2 types de relations pour une personne :

  • Les liens forts : soit le premier cercle de nos connaissances, les personnes que nous rencontrons fréquemment, dont nous sommes proches (collègues quotidiens, famille, amis proches).
  • Les liens faibles : les personnes avec qui nous avons des contacts brefs et occasionnels. Ces personnes évoluent dans un milieu différent du nôtre (amis d’amis, parents à la sortie de l’école, adhérents du club sportif, voisins…).

Pour Mark Granovetter, les liens faibles créent des ponts entre personnes de milieux différents et cela favorise la circulation d’informations et l’accès à de nouvelles opportunités.  Rencontrer de nouvelles personnes permet d’élargir notre aire des possibles professionnels. Beaucoup de Pivoteurs peuvent aujourd’hui témoigner de la richesse et des opportunités ouvertes par les rencontres dans le cadre des rencontres de la communauté ou des démarches qu’ils mènent durant et autour de la formation.

Rencontrer de nouvelles personnes permet de mieux se connaître

Charles Pepin dans son livre La Rencontre, nous explique comment  passer du temps avec des personnes en dehors de nos sphères habituelles, aide à mieux se connaître et finalement, nous transforme.

Aller se frotter au terreau fertile d’autrui (Charles Pepin)

Le temps d’une rencontre, je peux adopter une vision du monde  le monde différente. Une rencontre, c’est une occasion de s’ouvrir à d’autres modèles, d’autres « je dois ». Paradoxalement, passer du temps avec des personnes différentes de soi, aide à mieux se connaître.
Et puis, il y a les fits, les rencontres qui vous transforment. Elles sont des moment-clé pour vous découvrir autrement et agrandir votre regard sur le monde.

Participer à cet atelier m’a apporté bien plus que ce que je pensais. Echanger avec d’autres personnes sur ce sujet m’a fait grandir.

Si votre dernier fit vous semble lointain, c’est le moment d’élargir votre cercle.

Une piste pour Cultiver vos liens faibles : installez-vous une journée dans un coworking

A la frontière entre liens faibles et réseautage, la permaculture nous invite à utiliser les interfaces et valoriser les éléments de bordure, pour nourrir son écosystème.
Les points de contact, les personnes que vous rencontrez sont des comme des ponts vers de nouvelles possibilités. Concrètement, où sont mes interfaces ? Cela peut être à la sortie de l’école de vos enfants, un collègue qui vous met en relation avec un homologue avec qui vous ne travaillez pas directement, une personne que vous avez envie de contacter après un post Linkedin qui vous a marqué,… ou encore… un coworking !

  • Un exemple avec Marc, un généalogiste, rencontré il y a quelques années. Habitué à fréquenter les archives départementales, il venait de s’inscrire dans un coworking pour pouvoir travailler lorsque les archives étaient fermées. Dans ce coworking, Marc a rencontré Jérémie et de rencontrer un développeur informatique. La rencontre entre ces 2 mondes assez différents leur avait donné l’idée de créer une box généalogique. Une idée que chacun pris séparément, n’aurait probablement jamais eue, s’il n’était pas allé fréquenter ce tiers-lieu. Alors, convaincu.e.s ?
    Permaculture humaine et écosystème

    Passer d’une démarche réseau à une permaculture Humaine : L’humain dans son écosystème

    La théorie et l’histoire de Marc et Jérémie, que nous venons de présenter, nous rapprochent du thème de la permaculture humaine, décrite par Jan Günther dans son sketchnote inspirant. Nous avons particulièrement retenu les principes suivants qui nous semblent être des ingrédients fertiles pour une réinvention professionnelle juste pour soi et pour le monde qui nous entoure.

    • Utiliser les changements et y réagir de manière créative : Un changement, c’est une occasion de regarder les choses autrement… et peut-être déceler une opportunité.
    • Utiliser et valoriser les ressources existantes : Nous avons chacun des ressources et parfois on ne voit que se qui semble manquer. Et si on partait de là où on est, plutôt que chercher à partir de là où on pense qu’on devrait être ?
    • Intégrer plutôt que séparer : les mauvaises herbes n’existent pas dans la nature. Chaque élément a un ou plusieurs rôles, et les interactions (échanges, rencontres…) sont porteuses d’opportunités. Ainsi, avons-nous co-fondé depuis 1 an maintenant, un collectif d’acteurs de la reconversion professionnelle à Lyon. Pas évident, au départ d’échanger avec des « concurrentes ». Deux événements ont été organisés, réunissant beaucoup plus de participants que ce que nous aurions pu imaginer. La synergie fonctionne à plein.

    La permaculture humaine : vos relations fortes et faibles sont les meilleures alliées de votre projet professionnel

    En covoiturage, à la boulangerie, à la sortie de l’école, à l’arrêt de bus, dans les dîners entre amis. Il n’est pas nécessaire de parler de votre projet à tout le monde systématiquement, mais gardez en tête que la liste des personnes qui pourrait un jour jouer un rôle-clé pour vous rapprocher de votre prochaine étape professionnelle est beaucoup plus longue que ce que vous pensez. Plus vous restez ouvert aux rencontres, plus vous développez vos liens faibles, et plus vous aurez de chance d’être mis en lien avec la bonne personne.

L’exemple de la communauté des Pivoteurs, comme permaculture humaine

Participer à des temps forts d’associations, de groupes sportifs, ou autre, permet de soigner les liens existants, d’en créer de nouveaux. Les Pivoteurs, c’est une formation pour apprendre à se réinventer et la possibilité de rejoindre une Communauté des Pivoteurs, pour prolonger la démarche. Parce qu’un pivot se joue souvent en plusieurs étapes et passe par des tests. La communauté des Pivoteurs, est un terreau d’expérimentation, un écosystème, sur lequel vous pouvez semer vos graines et faire grandir votre projet dans un cadre collectif stimulant. 
Des rencontres en mode convivial ou atelier pour mesurer le chemin parcouru, oxygéner ses réflexions et reprendre de l’élan pour la suite. Au delà du plaisir des retrouvailles, le collectif permet la découverte des talents, les siens et ceux du groupe, et devient un espace d’expérimentation bienveillant où chacun peut pratiquer, expérimenter, partager… construire.

Claude a ainsi pu expérimenter un atelier de cuisine végétale, le 5 juin dernier à Grenoble, Danielle a animé un atelier focusing en décembre. Des pistes de collaboration sont également en cours de maturation.

Et vous, comment allez-vous élargir votre écosystème ? Rejoignez-nous, vous rencontrerez de belles personnes et qui sait, vous y découvrirez peut-être des opportunités pour polliniser à votre tour !

Défi

Lancez-vous en perte acceptable ! Au pire, ça avance !

Vous l’aurez compris, les liens faibles sont l’occasion de faire mûrir son projet en perte acceptable et donc en se respectant. La Perte Acceptable, c’est un état d’esprit utile quand le monde bouge autour de soi. Vous n’arrivez pas à avancer dans votre projet de reconversion professionnelle ? 

2 propositions :

1) Notez 3 résultats que vous espérez atteindre au cours des 6 prochains mois, puis listez les personnes qui pourraient vous aider. Vous aussi avez certainement beaucoup à leur apporter.  

2) Comme nos 2 coworkers, cités en exemple, allez passer une journée dans un lieu de coworking, vous y rencontrerez des personnes d’horizons différents.

Partager l’article

Aller au contenu principal