Bien-être au travail : Un pari pour améliorer la Qualité de Vie au Travail

Difficultés de recrutement, expériences collaborateur douloureuses, baisse d'engagement... Les entreprises sont challengées pour recruter et fidéliser leurs collaborateurs. Et si on créait des espaces pour permettre aux collaborateurs de revisiter leur parcours professionnel et se ré-engager au sein de leur employeur ? Découvrez le pari des Pivoteurs : faire converger enjeux individuels et enjeux de l'organisation.
Artisan de son métier

Avec les Pivoteurs, nous composons des expériences en collectif et au contact des nouvelles formes de travail, pour faire pivoter les carrières en harmonie avec les transformations au sein des organisations. Nos expériences sont pensées pour aider les entreprises à se transformer à hauteur d’homme et de femme.

Les Pivoteurs, ce sont des réponses pour stimuler l’évolution professionnelle dans un monde du travail en mutation.

– Un programme pour former les actifs à l’évolution professionnelle. En leur donnant des clés pour s’approprier les nouvelles formes de travail, nous leur apprenons à construire un projet professionnel viable et développer des compétences durables pour la suite de leur parcours (softskills).
– Une démarche pour accompagner les organisations à se transformer « à hauteur d’homme et de femme ». Nous créons pour cela des espaces de réflexion en collectif, dans lesquels les collaborateurs peuvent se questionner sur leurs motivations intrinsèques, identifier là où ils apportent de la valeur et définir les actions de leur propre transformation au cœur du projet de leur organisation. En d’autres termes, nous créons des contextes favorables pour mettre en correspondance l’évolution des organisations et celle de leurs collaborateurs.

Dans les 2 cas, le collectif amplifie les démarches individuelles et facilite la transformation de l’organisation. Plutôt que de les noyer dans la masse, nous stimulons les individualités et les aidons à trouver leurs motivations pour s’engager dans le collectif et dans leur organisation ou leur environnement.

Quelle est l’origine du projet Les Pivoteurs ?

J’ai été actrice de la transformation digitale pendant 10 ans dans un groupe d’assurances. On peut dire que j’ai vu le travail changer. Intensification du travail, évolution accélérée des compétences… En parallèle, le paysage de la vie professionnelle se recompose à grande vitesse. Chaque jour, de nouveaux métiers, lieux, formes d’activité, modes de collaboration… émergent. Le futur du travail a déjà commencé. Pas facile d’y trouver sa place, lorsqu’on n’y a pas été préparé.
Aujourd’hui, 1/3 des actifs seulement, se sentent armés professionnellement pour faire face aux mutations du travail. Cela impacte très fortement le rapport au travail pour les 2/3 restant. Beaucoup recherchent du sens, toutes générations confondues. Dans ce contexte changeant, le réflexe est de s’accrocher à sa situation existante, au prix parfois d’un désengagement usant pour le collaborateur et pour l’organisation. Les actifs ont besoin de compétences nouvelles pour se mettre en mouvement, prendre leur place dans le train du changement.

Et si les transformations du travail étaient une opportunité pour faire pivoter la vie professionnelle, lui redonner du sens ? C’est le pari des Pivoteurs. Nous croyons que le collectif est une ressource, pour construire un projet professionnel cohérent, viable économiquement. Pas de formule magique, mais l’ouverture aux nouveaux modes de travail pour élargir le champ des possibles, la puissance du groupe pour amplifier les démarches individuelles et une méthodologie qui permet de construire et éprouver son projet.

Ce projet possède-t-il une philosophie particulière ?

Avec les mutations du travail, dictées par l’émergence de nouveaux acteurs, l’accélération des transformations, nous pensons que les enjeux des collaborateurs et ceux des organisations se rejoignent. Nous proposons d’accompagner l’évolution des carrières et celle des organisations différemment.
Nous avons pour cela des convictions :
– Il est possible de construire un projet professionnel et en même temps de développer des compétences transversales (softskills)
– Comprendre et pratiquer les nouvelles formes du travail permet de s’affranchir des cases ‘métier’ pour construire un projet professionnel.
Un collaborateur qui connaît ses aspirations individuelles, est davantage en capacité de créer ses opportunités et s’engager auprès de son employeur.

Et c’est pour cela qu’aujourd’hui, nous croyons tant au collectif comme levier pour faire évoluer les trajectoires individuelles et amplifier la transformation des organisations !

Quel est l’intérêt pour un employeur de soutenir l’employabilité de ses collaborateurs dans un marché tendu ?

Tout d’abord, sur la partie alternative au bilan de compétences : Nos bilans de compétences n’amènent pas forcément les participants à quitter leur employeur ! Le programme accompagne les Pivoteurs pour construire un projet professionnel porteur de valeur, au-delà des ‘cases métier’. Plusieurs pivoteurs en emploi, ont présenté un projet qui rejoignait les enjeux de leur employeur.

Pour un employeur, proposer notre bilan de compétences agile et formatif à ses collaborateurs en questionnement, stimule la mobilité professionnelle et permet d’agir sur l’employabilité et le niveau d’engagement. L’un de nos participants a même dit que « dans ce monde du travail en recomposition permanente, on devrait suivre une démarche comme celle-ci tous les 5 ans ».

Quelques exemples de transitions professionnelles inspirantes

Prenons l’exemple de Florence, qui a suivi notre parcours il y a quelques mois. Ingénieure dans le secteur de la formation, elle a pu définir les contours de son nouveau métier et en tester la viabilité durant le programme auprès de son réseau. Elle a proposé à son employeur, d’adapter sa mission existante, pour faire émerger cette activité innovante. Florence s’estime aujourd’hui ‘ré-engagée’.

Muriel, cadre de direction de 54 ans a abordé la démarche comme une étape de préparation de sa fin de carrière, avec le désir de se désengager progressivement, après un parcours intense. Elle a ainsi :

  • défini les limites pour pivoter en se respectant (nature de ses missions, pistes pour déléguer certaines tâches, facteurs de réussite…)
  • identifié les axes d’une proposition qui pourrait avoir de la valeur pour ton employeur et pour toi

Voici comment elle a formulé son objectif : mettre en œuvre mon projet de transition avec plaisir sur ses 3 volets :

  • Mon job actuel
  • Développer mon activité de focusing
  • Co-développer un projet associatif sur le Focusing

Pour cela, je solliciterai un passage progressif à 80%. Travailler 4 jours sur 5, c’est me laisser une bulle d’oxygène et assurer ainsi mon plein engagement à mon employeur 4 jours par semaine.

Carole, 36 ans, ne peut plus exercer son métier pour des raisons de santé. Elle a pivoté pour devenir négociatrice immobilière. C’est reparti pour elle, après 18 mois de doute.

Marianne, 38 ans, en charge de projets transversaux chez son employeur, a choisi à l’issue de la formation, de proposer à son employeur, le métier de responsable digital. Ce projet convergeait avec un besoin émergent chez son employeur. Elle a démontré puis obtenu ce poste.

Les pivots, ce sont des transitions professionnelles, projets de reconversion ou de réorientation professionnelles enthousiasmants, réalisés par des personnes qui ont repris leur parcours en main.

Comment faire des transformations permanentes, des leviers d’engagement pour les collaborateurs ?

De nombreuses organisations ont lancé un projet de transformation ambitieux pour continuer à évoluer dans un contexte marqué par l’incertitude. Nous croyons que les entreprises qui réussiront sont celles qui permettront à leurs collaborateurs de prendre leur place, pour en faire une démarche « à hauteur d’homme et de femme », c’est-à-dire : de créer de la valeur tout en assumant leurs aspirations individuelles.
Nous avons mené dès 2018, une première mission avec cette approche, qui a apporté des résultats prometteurs. Chaque participant a construit les étapes de son propre pivot, avec une probabilité de réalisation très forte. Il est maintenant un élément moteur de la transformation de l’organisation. Les avantages sont nombreux : Les actions concrétisées sont plus nombreuses lorsqu’elles émergent des collaborateurs eux-mêmes. Enfin, ils savent maintenant ce que cela veut dire pour eux, lorsque le DG leur dit : « Il faut vous transformer ».

Cette expérience a d’ailleurs été citée dans le livre Boostez l’expérience collaborateur écrit par Séverine Loureiro en 2019. L'expérience collaborateur

,

Partager l’article